Jardin en permaculture : comment réduire son empreinte écologique ?

Jardin en permaculture

La permaculture consiste en une recherche permanente de symbiose avec la nature, et est de plus de ne plus répandue dans le monde. Il s’agit d’un modèle agricole basé sur le respect de l’écosystème et de tous les êtres vivants qui le constituent, des micro-organismes aux animaux et aux plantes. L’humain y trouve naturellement son rang : il s’efforce en permanence d’être un des maillons naturels de ce domaine.

Comment commencer un jardin en permaculture ?

Pour exécuter votre jardin en permaculture, il est essentiel d’estimer trois grandes étapes comme le fait d’examiner le terrain. En effet, le genre de sol (limoneux, sableux, argileux ou humifère) peut contraindre certaines plantes de bien pousser, malgré toutes vos tentatives. Par exemple, un sol sablonneux retient très peu d’humidité, il faut donc des végétaux aptes à survivre à l’aridité, comme les lauriers roses. De plus, l’exposition au sol et le climat peuvent jouer un rôle important. Tenez compte de la taille et de la configuration du terrain comme le nombre de mètres carrés disponibles ou l’existence de talus pour améliorer au maximum son aménagement.

Questionnez-vous ce dont vous avez besoin : des végétaux médicinaux pour des remèdes naturels ? Manger des fruits et légumes toute l’année ? Demandez-vous également quelles sont vos ressources et combien de temps comptez-vous consacrer au jardinage chaque semaine ? En outre, vous devez créer l’espace de façon globale et pertinente. Si vous disposez d’un espace décent, pensez à l’aménager selon l’énergie nécessaire. Si votre source d’eau se trouve à moins de 10 minutes à pied de votre jardin, vous ne l’arroserez probablement pas aussi souvent. Vous voulez faire une plus grande impression ? Lors du zonage de votre potager, évitez les angles vifs et privilégiez les courbes. Trouvez en ligne plus d’informations sur le jardin en permaculture.

Les atouts d’un jardin écologique

La permaculture est une rupture intentionnelle avec la société de consommation. Tous les travaux sont effectués à la main, c’est-à-dire sans équipement motorisé. Le professionnel est donc entièrement autonome des énergies fossiles. Il n’utilise que de l’énergie solaire et l’équipement utilisé est simple et peu coûteux. C’est une agriculture écologique totalement tournée vers la compréhension du milieu naturel. Le sol est soigneusement entretenu afin de favoriser le développement d’organismes déjà existants comme les vers, champignons ou bactéries, et d’accroître la fertilité sans ajouter d’engrais chimiques.

En général, la plantation de plantes s’appuie sur des principes liés à la possibilité de planter plus intensivement que l’agriculture conventionnelle. Il en résulte une plus grande production de biomasse pour une même surface. Ces actions peuvent avoir un impact positif durable sur la faune, les paysages et la santé des terres. Le produit ainsi obtenu est considéré comme sain et spécialement savoureux.

Comment réduire votre empreinte écologique ?

En réalité, il y a des méthodes pour obtenir un jardin en permaculture qui respecte la biodiversité et l’écosystème. Débutez par laisser respirer votre territoire vert en limitant l’élagage et la coupe. Il est conseillé d’interdiction de produits industriels, telle que les herbicides, les pesticides ou les engrais qui contaminent les ressources vitales et peuvent anéantir certaines espèces animales. À long terme, ces produits peuvent provoquer des cancers, affecter négativement la fertilité ou troubler le système immunitaire.

Les produits chimiques peuvent être remplacés par des techniques de régulation naturelle comme les insectes. Pour prévenir l’utilisation massive de pesticides dans les cultures, certaines municipalités donnent des coccinelles aux habitants. Pour effrayer les nuisibles, des procédés végétaux naturels existent aussi : la bouse d’ortie peut être utilisée à la fois comme insecticide et comme fertilisant naturel. Le marc de café peut être également employé en guise de répulsif contre les gastéropodes. Enfin, pour se défaire des mauvaises herbes, il suffit d’utiliser de l’huile de coude.

Graviers décoratif pour votre aménagement extérieur
Comment poser une bordure de jardin ?